MEWA RECONNAIT ET GARANTIT LES DROITS DES FEMMES

Dans l’écosystème MEWA (maisons de l’écriture et du web en Afrique), les membres femmes doivent jouir des droits humains universels :

  • la liberté
  • le droit de gagner sa vie honnêtement et d’entreprendre
  • la sécurité
  • l’éducation

Pour garantir ces droits, les femmes qui participent d’une manière ou d’une autre au projet MEWA créent et sont membres de plein droit du Syndicat des femmes.

Ce syndicat des femmes ne peut avoir que des femmes comme membres. Cette disposition lui garantit la liberté de parole et la sécurité.

Ce syndicat des femmes s’auto-organise à sa convenance.

L’organisation MEWA est ouverte à toute proposition en provenance du syndicat des femmes, visant à améliorer les conditions de contribution des femmes au projet.

En cas d’incident (agression sexiste ou sexuelle, propos déplacés, comportement dégradant, etc) au sein de l’organisation MEWA, les femmes victimes sont gentiment priées d’en parler d’abord au sein du syndicat des femmes, de partager l’expérience, d’envisager une solution qui semble préférable aux femmes.

Ces dispositions ne contredisent en rien les lois pénales qui restent valides contre agressions et injures.

Les femmes peuvent également se servir du syndicat pour discuter de formation et de condition de travail, débattre des problèmes, créer et mettre en oeuvre des solutions.

Les collaborateurs hommes de l’organisation MEWA sont cordialement invités à tenir pleinement compte de l’existence vigilante du syndicat des femmes au sein de l’organisation.

Toute personne participant à l’organisation MEWA reconnait la légitimité du droit des femmes à la liberté, au travail, à la santé, à la sécurité, à la création, au bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page